Créer un nouveau blog :

A propos de ce blog

Nom du blog :
ildiongd
Description du blog :
ce blog aide les partenaires interesser à connaitre nos activités à le visiter à toute fin utiles
Catégorie :
Blog Santé
Date de création :
05.11.2008
Dernière mise à jour :
05.11.2008

RSS

Navigation

Accueil
Gérer mon blog
Créer un blog
Livre d'or ildiongd
Contactez-moi !
Faites passer mon Blog !

Articles les plus lus

· rapport atelier de formation sur les techniques de plaidoyer/ Paludisme
· Moyens de prevention contre le Paludisme
· plaidoyer en matière de lutte contre le Paludisme
 

Statistiques 3 articles


Derniers commentaires
  RSS
Recherche
Recherche personnalisée

rapport atelier de formation sur les techniques de plaidoyer/ Paludisme

rapport atelier de formation sur les techniques de plaidoyer/ Paludisme

Publié le 05/11/2008 à 12:00 par ildiongd
I.INTRODUCTION

Dans le cadre du Projet de plaidoyer de mobilisation des parlementaires engagés dans la lutte contre le Paludisme en RDCongo, Initiative locale pour le Développement Intégré (ILDI) et le Réseau Sida Afrique (RSA), ont organisé vendredi 25 septembre2008, dans la salle communale de Barumbu l’ « atelier de formation sur les techniques de plaidoyer en matière de lutte contre le paludisme » avec l’appui de Malaria Consortium. Sous la modération de l’ONG les Anges du Ciel, Point Focal du projet pour la ville de Kinshasa.

L’objectif de cet atelier était d’amener les différents acteurs des organisations de la société civile engagés dans la lutte contre le paludisme à comprendre que cette maladie constitue un danger permanent pour l’humanité en général et la RDCongo en particulier. La nécessité de renforcer leurs capacités en plaidoyer pour la lutte contre ce fléau.

II.DEROULEMENT DES TRAVAUX
Avec une participation de 30 personnes, cet atelier a connu trois moments forts, à savoir :
•Mots d’ouverture
•Les interventions
•Evaluation
1.Les mots d’ouverture
Mise en place terminée, l’atelier a commencé à 10h00’ précédé par l’hymne National. Dans son introduction, La modératrice a signifié que le paludisme tue plus que le Sida mais plusieurs acteurs n’en font pas attention. D’où cet atelier doit être pour nous une occasion d’y réfléchir en vue d’apporter notre contribution à la lutte et ce en rapport avec le Plan Stratégique National élaboré par le Programme National de Lutte contre le Paludisme de la RDCongo ; ( PNLP) a-t-elle conclut.
2. Mot Du Coordonnateur du Projet
Prenant la parole, le coordonnateur du projet Monsieur Jean Marie BOLIKA a démontré avec des chiffres à l’appui le danger et le risque que représente le paludisme vis-à-vis de la population mondiale en général et de l’Afrique en particulier. Face à cela, ce dernier a rappelé les engagements pris par les chefs d’Etat et des gouvernements africains déclarations pour combattre le paludisme dans le cadre du redressement et de la relance économique de l’Afrique. Il a également indiqué qu’en juillet 1998, l’OMS, le PNUD, L’UNICEF, la Banque Mondiale et les partenaires avaient lancé conjointement l’Initiative faire Reculer le paludisme (FRP). Il a souligné qu’en 2000, les Chefs d’Etat et de Gouvernements africains réunis à Abuja (Nigéria) ont également adopté la déclaration portant sur la mise en œuvre effective de l’Initiative « Faire Reculer le paludisme » dans la région Africaine. Il a renchérit en disant que l’Assemblée Mondial de la santé 2005 a recommandé la mise en place des politiques dans chaque pays pour que d’ici 2010, au moins 80% de ceux qui sont exposés au paludisme ou qui en sont atteints bénéficient d’interventions préventives et curatives d’envergure selon les recommandations techniques de l’OMS. Il s’agit d’obtenir une réduction du fardeau du paludisme d’au moins 50% d’ici 2010 et 75% d’ici 2015.
Pour sa part, la République Démocratique du Congo (RDC) s’est engagée par une déclaration du gouvernement à s’approprier cette initiative FRP à l’issue du premier forum national de consensus organisé à cet effet en février 2001 et a adopté le Document de stratégie de la Croissance et de Réduction de la Pauvreté (DSCRP) en 2006. Dans cet ordre d’idée, le coordonnateur a indiqué que selon le plan stratégique mondial de FRP (2005-2015), d’ici 2015, les objectifs de développement du millénaire, relatifs au paludisme pourront être atteints. Ainsi le paludisme ne sera plus une cause majeure de mortalité et ne fera plus obstacle au développement économique et social ainsi qu’à la croissance, partout dans le monde. Poursuivant son mot, le coordonnateur a signifié qu’en RDC les objectifs de couverture prévus dans la déclaration d’Abuja n’ont certes pas été atteints, même si des progrès notables ont été enregistrés.
Ainsi les exigences de cette lutte dépassent le seul cadre du Ministère de la Santé pour impliquer plusieurs autres secteurs et à tous les niveaux, en vue d’une Mobilisation accrue des ressources a-t-il souligné.
C’est à ce niveau que l’organisation Initiative Locale pour le Développement Intégré (ILDI), et le Réseau Sida Afrique (plateforme régionale regroupant plus de 200 organisations de la société civile de lutte contre le Sida en Afrique francophone) en partenariat avec Malaria Consortium et GlaxoSmithKline s’engagent apporter leur petite contribution à coté du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) de la RDC pour lutte contre cette maladie meurtrière. Il saisi cette occasion pour lancer un front uni contre le Paludisme dans son pays, la RDC.
Avant de clôturer son adresse ; il a remercie les organisations participantes, le Médecin chef de Zone de Barumbu et Kinshasa, le chargé de la communication du Programme National de Lutte contre le Paludisme, les assistants parlementaires représentants les honorables députées présidentes des commissions socio- culturelles du Sénat empêchée ; le Conseiller du Ministre provincial de la santé de la ville de Kinshasa pour avoir accepté de répondre à l’invitation et leur disponibilité. Il a informé les participants de la volonté de plusieurs acteurs contactés pour ce projet, la mise en place des groupes parlementaires de lutte contre le paludisme, un réseau des medias pour la lutte contre le Paludisme et enfin une coalition nationale de lutte contre le Paludisme, à l’instar de ce qui existe au Cameroun et ailleurs.
Après ce mot, le Bourgmestre intérimaire de Barumbu a ouvert l’atelier de formation des techniques de plaidoyer en matière de lutte contre le Paludisme.
2. Les interventions
Les interventions ont porté sur deux thèmes, à savoir :
Etat des lieux de la lutte contre le Paludisme en RDC
Renforcement des capacités en plaidoyer pour la Santé.

1.Etat des lieux de la lutte anti paludisme en RDC
Appliquant une méthode participative, Monsieur Benjamin Mutombo, Chargé de la communication du Programme National de Lutte contre le Paludisme (PNLP) a définit avec les participants le paludisme comme une maladie qui tue, transmise à l’homme par la piqûre du moustique anophèle femelle infectée. Pour ce, il a distingué deux sortes de moustique, à savoir : Le culex et l’anophèle.
Le culex est un moustique qui existe mais ne transmet pas le paludisme, tandis que l’anophèle, à la recherche du repas sanguin transmet le paludisme.

Deux sortes du paludisme ont été données. Il s’agit du paludisme simple et du paludisme grave.
-Le paludisme simple présente des signes suivants : Frissons, maux de tête, fièvre, fatigue, crampe au niveau du cou, courbatures. Face à ces signes, l’intervenant a conseillé de prendre la combinaison d’Artésunate et d’Amodiaquine qui est recommandée par l’Etat Congolais.
-Le paludisme grave a comme signe : vomissement, inappétence, convulsion, anémie, troubles de comportement, incapacité de se tenir débout de manger ou de boire, pâleur, diarrhée, saignement, peu d’urines, des couleurs foncées.
Pour ce cas, l’intervenant a conseillé d’aller immédiatement dans un hôpital spécialisé.
Apres cette information, l’intervenant a présenté un exemplaire du programme National pour la lutte élaboré par notre pays, à savoir :
- Le document de la politique National de lutte contre le paludisme en RDC « Faire Reculer le Paludisme, Plan Stratégique 2007-2011 »
-Fiches techniques de lutte contre le paludisme ;
-Boite à image de lutte contre le paludisme
Parlant des stratégies de lutte, il a distingué 2 sortes, notamment : la stratégie Majeure et la stratégie mineure ou secondaire.
•S’agissant de la stratégie Majeure, il a cité :
-La PEC : Prise en charge, avec comme obstacle : l’indisponibilité des ACT et l’inaccessibilité.
-La prévention multiple dont la moustiquaire imprégnée d’insecticide
Selon lui c’est la prévention qui a la longue durée.
-L’assainissement périe intra domiciliaire c’est-à-dire des soins apportés autour de nos maisons. Par exemple, les boite des sardines à getter dans la poubelle et non dans le caniveau ; l’opération dessévage,
-Le TPI : Traitement préventif intermittent de la femme en ceinte.
-La surveillance et la riposte aux épidémies ;
-La pulvérisation.
•Pour la stratégie Mineure ou secondaire, l’intervenant a indiqué ce qui suit :
-La coordination de la lutte PNLP doit savoir ce qui se passe,
-La supervision doit être permanente,
-La CCC : la Communication pour le Changement de Comportement.
Une remarque a été faite ici pour les pasteurs qui interdisent leurs fidèles d’aller se faire soignés au nom de la guérison divine,
-La surveillance épidémiologique
Poursuivant son schéma, le facilitateur a présenté certaines interventions faites par les organismes internationaux pour soutenir la RDC dans la lutte contre le paludisme. Par exemple, la couverture de moustiquaire est passée de 16% à 80% dans certaines zones où l’intervention a eu lieu. L’intervenant a terminé cette partie par la question suivante : que faire pour que le paludisme soit reculé en RDC. A cette question, les points ci-après ont été ressortis par les participants savoir :
-
-Envisager un plaidoyer pour former le corps médical à la prise en charge correcte du paludisme,
-L’impliquer tous à la surveillance de médicament imprégné à consommer
-Recommander aux malades d’aller chercher des médicaments dans le centre de santé de l’Etat,
-Utiliser les moustiquaires par tout le monde,
-Vulgariser la politique nationale de lutte contre le paludisme
Apres, un débat le facilitateur a essayé d’éclairer la lanterne des participants sur certains points. Ensuite une pause- repas est intervenue.
Apres cette pause, la 2ème partie d’atelier s’est tenue autour de thème suivant :
2.Renforcement des capacités en plaidoyer pour la santé.

Après cette pause un deuxième atelier s’est tenu avec le même intervenant Monsieur benjamin Mutombo. Toujours dans méthode participative, il a commencé par définir le plaidoyer comme un processus destiné à défendre une cause auprès d’un groupe ou encore auprès des décideurs pour obtenir leur engagement dans la résolution d’un problème. C’est le fait de prendre la parole pour orienter les groupes des décideurs vers une solution.

Apres ces définitions, l’intervenant a eu à montrer le schéma à suivre pour faire un bon plaidoyer dont les étapes suivantes ont été données à savoir :
-Rechercher les données,
-Fixer un but et des objectifs ;
Identifier ceux qui décident ;
-Penser aux techniques (stratégie) ;
-Développer des stratégies alternatives ;
-Former des coalitions ;
-Mobiliser des ressources ;
-Planifier ;
-Agir, suivre et évaluer.
Il a eu également à donner les conditions de réussite d’un plaidoyer. Pour lui, l’organisateur doit savoir ce qui suit :
-Avoir un objectif cadré ;
-Avoir une parfaite connaissance de problème ;
-Avoir des compétences et des capacités communautaires ;
-Avoir des supports des politiciens locaux ;
-Avoir des relations des personnes clés ;
-Avoir le soutien des institutions des réglementations ;
-Avoir le soutien des médias ;
-Avoir des disponibilités des ressources ;
-Avoir des connaissances sur le processus décisionnel ;
-Savoir élaborer une bonne planification ;
-Viser juste et agir au temps opportun ;
-Croire en sa cause et gérer parfois les revers.
Le facilitateur a ainsi terminé en disant qu’il n y avait pas un schéma unique pour organiser un plaidoyer. Il faut de l’imagination.
Apres cette intervention, les participants sont allés en forum ouvert pour traiter des questions liées à la santé et en faire un plaidoyer. La constitution des groupes de travail s’était faite grâce à la technique » place marché ».


Deux groupes étaient constitués sur base d’intérêt au choix du sujet à traiter.
Pour le premier groupe, le thème était : plaidoyer sur le taux de morbidité élevée des enfants consultés dans la zone de santé de Barumbu.
Le deuxième groupe a traité le thème : plaidoyer sur la lutte contre l’insalubrité dans le quartier MOZINDO
Apres ce travail en groupe en « forum ouvert », une plénière s’est tenue pour la présentation des résultats des travaux. Ces résultats étaient les suivants :
Groupe 1. Plaidoyer sur le taux de morbidité élevée des enfants consultés dans la zone de Santé de Barumbu.
Problème
Taux de morbidité élevé du paludisme chez les enfants de moins de 5 ans dans la zone de Santé de Barumbu
Recherches des données
Nous avons constaté que sur 1000 enfants qui sont consultés, 600 enfants sont atteints du paludisme ( survepi, Rapport SNIS et Registre malade C.S)
But : Réduire la morbidité due au paludisme
Objectifs :
Réduire de 30% le taux de morbidité du paludisme chez les enfants de moins de
5 ans d’ici 2 ans.
Les Décideurs
Le Médecin Chef de Zone (MCZ), Médecin Chef de District (MCD), Médecin Inspecteur de Province (MIP)
Tactiques (stratégies)
-Mesure préventive : Utiliser la Moustiquaire Imprégnée d’Insecticide Longue Durée (MIILD) et l’assainissement du milieu péri domiciliaire.
-Mesure curative : Traiter les enfants avec la combinaison artésunate et amodiaquine.
-Orientation des cas graves vers un Hôpital spécialisé
3.Stratégies alternatives
Lobbying, CCC, Marketing social, C.I.P
4.Coalitions
Les Eglises, les ONG, Les partis politiques, les chefs des quartiers
5.Mobilisation des ressources
-Fond social et différents partenaires financiers.
-PNLP
Planification
-Elaboration de calendrier
-Répartition des taches selon les compétences de chacun. Savoir qui fait quoi et quand
Exécution
-Former
-Suivre l’action
Evaluation
Evaluer le degré d’atteinte des objectifs
Groupe 2. Plaidoyer sur la lutte contre l’insalubrité dans le quartier Mozindo dans la commune de Barumbu
Problème : la population dans le quartier Mozindo vit dans un milieu insalubre
Recherches des données : Nous avons constaté que 80% des parcelles vivent dans l’insalubrité
But :
Réduire le niveau d’insalubrité dans le quartier Mozindo grâce à l’assainissement.
Objectifs
Assainir le milieu pour que d’ici 2010 60% de la population vivent dans un environnement sain.
Identification du décideur
Entretien avec le Bourgmestre de Barumbu et les chefs des quartiers.
Tactiques (Stratégies)
-Réhabiliter le service d’assainissement
-Organiser le système de Salongo pour tous
Stratégies alternatives
- Multiplier le nombre de poubelle publique
- Placer des brigades de surveillance dans les quartiers
Coalitions
Impliquer les associations et organisations de base dans les activités de sensibilisation
-Mobilisation de ressources
-Financement de l’hôtel de ville,
-La commune,
-autres partenaires
Planification
-Etablissement d’un calendrier
-Répartition des taches selon la responsabilité et la compétence de chaque acteur.
Exécution
-Campagne de sensibilisation et d’information
-Travaux sur terrain
Evaluation
Evaluation sur le niveau d’insalubrité. Voir si l’objectif est atteint
3.3Evaluation
Pour l’évaluation, un questionnaire était remis à chaque participant pour répondre aux différentes questions posées à la fin de la page par rapport aux impressions sur l’ensemble de l’atelier.
•Mot de clôture du coordonnateur du projet :
Prenant la parole, le coordonnateur a remercié de tout cœur ceux qui ont concouru pour que la tenue de cet atelier soit effective. Ila cité le partenaire pour leur appui financier et le bourgmestre de la commune de Barumbu pour avoir accepté d’offrir ce cadre pour la tenue de cet atelier. Il a adressé également son remerciement à l’animateur pour l’effort fourni en vue d’atteindre l’objectif poursuivi dans cet atelier. Ensuite, il a remercié les participants qui étaient pour la plupart de cas constitués des associations pour l’intérêt et la disponibilité qu’ils ont accordées à cet atelier. Le coordonnateur a terminé son mot en ce terme « cet échantillon d’association nous aidera à mettre en place une structure solide pour faire reculer le paludisme d’ici 2015.



Jean Marie BOLIKA
Coordonnateur ILDI
Email : jeanmariebolika@yahoo.fr, ildiongd@yahoo.fr,
Tel : + 243 81 68 67 321 /81 2856205
BP 9817 Kinshasa , I RDCongo